Vous êtes ici : Accueil > Ailleurs en France > Hérault (34) > Lespignan, commune de l’Hérault > Quand les anciens combattants demandent la construction d’un nouveau (...)
Publié : 9 décembre 2009

Quand les anciens combattants demandent la construction d’un nouveau monument.

Par cette lettre, l’Union des démobilisés demande la construction d’un autre monument, qui serait dans une perspective plus civique (et plus nationaliste, à lire les arguments utilisés) et laisserait "aux femmes" le "deuil".

Cette demande n’a pas abouti, il n’y a qu’un seul monument à Lespignan.
L’orthographe a été respectée.
Lettre postée le 13-9-19 à Lespignan, destinée
à Monsieur le Maire et le Conseil Municipal de
Lespignan
Par la section de Lespignan, Union des démobilisés
Lespignan le 10 septembre 1919
A Monsieur le Maire et Mrs les
Membres du Conseil municipal.

J’ai l’honneur de vous communiquer un vœu émis par la Section des démobilisés de Lespignan.

La dite Section prie le conseil municipal de faire procéder à une souscription en vue de l’érection d’un monument aux (Morts pour la Patrie) sur une des places du village.

Le monument élevé en leur honneur dans le cimetière sera pour les veuves, les mères, les sœurs, l’endroit où elles pourront verser leurs larmes, cachées aux yeux des indiscrets.

Les parents de nos morts pourront apporter en face du frontispice des couronnes ; en un mot le monument qui est dressé dans ce lieu de repos est l’image d’un tombeau unique pour ceux qui sont morts pour la plus juste des causes.

Nous leurs amis, leurs camarades, qui avons vécu les heures tragiques de cette triste et glorieuse épopée côte à côte, nous devons demander pour leur mémoire d’avantage.

Nous émettons le vœu qu’un monument soit elevé par souscription, c’est-à-dire sans grever le budget de notre commune, à ceux qui furent les défenseurs des droits séculaires de notre patrie.

Nous désirons que nos fils, les générations futures, puissent apporter le tribut de leur reconnaissance à ceux qui bravement arrêtèrent le plus grave déchaînement de la barbarie.

Ceux qui ne sont plus, firent preuve d’une abnégation, d’un esprit de sacrifice, que seule la compréhension exacte des destinées de l’humanité peut engendrer, il ont droit à la reconnaissance au respect de la nation française.
Nous évoquerions de multiples raisons en faveur de l’érection de ce monument ; mais il n’est point utile pour vous convaincre Messieurs, de citer les faits d’armes innombrables accomplis par nous morts glorieux.

La Section attendant une réponse favorable vous prie d’agréer ses meilleures sympathies.

Pour la Section, pour le Comité
Le président Blanquier ( ?) Charles
Le Secrétaire Marceau ( ?) ?