Vous êtes ici : Accueil > Commémorer la Grande Guerre > Centenaire de la Grande Guerre > L’option théâtre du Lycée Anguier s’investit dans le Centenaire.
Publié : 11 juin 2014

L’option théâtre du Lycée Anguier s’investit dans le Centenaire.

Présentation spectacle

Théâtre des Charmes

Théâtre associatif de la ville d’Eu (76)

FRAGMENTS 14

Par le Théâtre de l’Illusion

JEUDI 08 MAI à 20h30, VENDREDI 09 MAI à 14h00 ET 20h30, SAMEDI 10 MAI à 20h30

  • Direction : Aline Lafarge, Marie-Hélène Garnier, Gilles Cauchy
  • Régie : Dylan Lecerf, Matthieu Caumont
  • Encadrement régie : Etienne Prigent
  • Costumes : Clémence Quenot

Avec : Joséphine Adjérad, Stella Broyer, Emeline Cabot, Marine Caumont, Antoine Chaulieu, Valentin Coppin, Loélia Da Costa, Clément Debray, Gaétan Deghaie, Romain Desbordes, Corisande Douay, Malhaury Fontaine, Ninon Fréville, Nathan Garnier, Maxime Goncalvès, Lyvan Gréboval, Thomas Gressent, Clara Guichon, Venceslas Hédouin, Célestine Lair, Clothilde Langlois, Virginie Lascoux, Clémentine Le Duey, Manon Le Duey, Gladys Marie, Eugénie Niquet, Julia Ortu, Margaux Pruvost, Anaïs Toillier, Tom Vangucht

Cette année, les 36 élèves de l’option théâtre se penchent tous sur le même projet, la commémoration (le mot convient mieux que célébration) de la première guerre mondiale. Le sujet est vaste et les interrogations multiples. Comment l’art peut-il évoquer l’inimaginable ? Comment rendre compte d’une tragédie. Des hommes égarés, malmenés dans une pagaïe dantesque ? Nous nous sommes à notre retour laissés égarer dans un dédale de textes, nous avons convoqués différentes esthétiques, différents témoignages, différents auteurs parmi lesquels Giono, Céline, Rouault, Cendrars, Desproges, Louki, Giraudoux, Eschyle, Dugowson, Mouawad et nous avons cherché, suivi un chemin semé d’embuches et de rencontres pour proposer une fragmentation d’anecdotes qui ont fait l’histoire, en un parcours théâtral cohérent.

Je m’empresse de dire que la guerre ça n’est pas beau et que, surtout ce qu’on en voit quand on y est mêlé comme exécutant, un homme perdu dans le rang, un matricule parmi des millions d’autres, est par trop bête et ne semble obéir à aucun autre plan d’ensemble mais au hasard.
Blaise Cendrars, La main coupée

L’article de l’Informateur, journal local, sur le spectacle. Parution le 16 mai 2014.